Des nouvelles (de temps en temps) de la famille GREHAL ? BLOAG !

Des nouvelles (de temps en temps) de la famille GREHAL ?          BLOAG !

Les 2 grands-pères (10 janvier 2010)

Le centre d'intérêt de la famille début janvier, ce n'est jamais vraiment l'épiphanie. Non pas qu'on fasse de l'anti-monarchisme primaire, mais d'abord personne n'aime la frangipane, alors chaque année on se met en quête d'une galette aux pommes ou de toute autre alternative. Une fois, on avait même fait mettre spécialement des fèves dans une tourte aux escargots et ça avait été une excellente idée.



D'autant que les escargots c'est chez les enfants une passion de longue date.



Non en fait traditionnellement, début janvier, ça a toujours été la période de l'anniversaire des grands-pères.

Vous avez déjà croisé sur ce blog  André Gardien, mon grand-père maternel, alias Panou, surnommé "Dédé les belles cannes". Eh bien ce n'est pas une légende, comme vous pouvez le constater sur cette photo d'avant-guerre (avant-guerre de 39-45 pour ceux qui croiraient VRAIMENT qu'il a été le coach de Lucy).



Je vous aurais bien parlé de ses cheveux, blancs à trente ans à peine, qui lui valurent d'être surnommé "Blanquette" par Guy Drut. Nous aurions même pu essayer de chercher le lien entre crinière blanche, panache blanc et Blanche notre petite lionne. Mais puisque ce sujet passionnant est tricard sur ce blog, je me contenterai de vous dire que Panou, que vous voyez ici sous le maillot du PUC mener la course, a eu 92 ans le 7 janvier.

Bon anniversaire vieux tyrannosaure (je ne l'appelle plus "vieux machin" depuis mes bonnes résolutions du nouvel an 2004, c'était par trop insolent...)

Et voici Pierre Gréhal, mon grand-père paternel, dit Papy puis plus tard Papet et même affectueusement "le" Papet.


 
Le Papet, "rentré au quartier" par surprise en 2003 aurait eu 90 ans demain.

Durant mon entretien d'embauche chez Aubert et Duval, la DRH m'avait posé une question inattendue, me demandant ce qui selon moi avait contribué à me "construire" et m'avait finalement amené ce jour là dans son bureau.

Alors j'avais évoqué la figure de mes deux grands-pères, l'athlète et le coach, d'un côté, que j'aimais accompagner sur les stades quand j'étais petit (du moins quand il ne voulait pas me couper les oreilles en pointes) et le patriarche de l'autre, l'ancien cancre trop tôt orphelin, devenu échelon après échelon receveur divisionnaire dans les impôts, et qui m'avait un jour soufflé l'idée et donné la vocation d'aller me faire voir du côté du monde de l'entreprise.

Voilà, entre autres, pourquoi début janvier c'est toujours l'anniversaire des pépés plutôt que la fête des rois.



On vous tire un coup de chapeau à tous les deux !


10/01/2010
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour