Des nouvelles (de temps en temps) de la famille GREHAL ? BLOAG !

Des nouvelles (de temps en temps) de la famille GREHAL ?          BLOAG !

M. le maudit (2 mai 2010)

M. le maudit... Drôle de nom pour un article.

Je vous le dis tout de suite, aucun rapport avec "The DreaM". D'ailleurs cela fait quatre week-end consécutifs que nos amis de "The Dream" n'ont pas ouvert leur sympathique établissement. Victimes des rhizomes du bambou ou d'un soudain réveil de l'administration, redoutant les ronflements de Roland ou tout simplement enfin conscients de l'inanité de l'entreprise, peu importe. On ne sait pas si ça va durer mais pour l'instant on savoure.



C'est beau une boîte fermée la nuit...

Aucun rapport non plus avec la Métallurgie, hein Mickaël, il faut chercher ailleurs.

Oui nous sommes en Mai bien sûr, vous brûlez...



Mais non voyons, pas la Manif, réfléchissez : qui est l'autre star du 1er mai ?



Eh oui évidemment. Alors c'était il y a exactement 20 ans, le 1er mai 1990. En ce temps là, j'étais en première année d'école d'ingénieur, élève dynamique et appliqué, dévoué corps et âme à mon ouvrage.



Quelques semaines plus tôt, entre deux révisions acharnées de partiel, j'avais par l'intermédiaire de Guilhelm fait la connaissance de Sophie. Ce fut un coup de foudre absolu, dont j'ignorais alors qu'il était réciproque et dont aucune image d'archive ne pourra jamais rendre l'intensité. Quoique...



Une prémonition de Blanche en quelque sorte.

Quelques soirées au Mayflower, le repaire de Guilhelm, n'ayant guère fait avancer mes affaires, je me consumais à petit feu pour Sophie.



Quand en ce 1er mai funeste, Guilhelm me suggéra soudain :

- Et si on passait dire bonjour à Sophie, tu pourrais lui offrir du muguet ?

- Du muguet, un 1er mai, ça se fait ? objectai-je moyennement convaincu.

J'ignorais que dans le même temps, Sophie se désolait auprès de sa Maman, sur le thème : "encore un 1er mai où personne ne va m'offrir de muguet"...

C'est donc le coeur battant, peu sûr de mon effet, que je sonnai à la porte de Sophie, mon petit brin de muguet à la main. Quand elle m'ouvrit la porte, la belle, la traîtresse, prise au dépourvu me crucifia d'un : "du muguet...



Exactement Octave. Avec mon brin de muguet, j'avais l'air d'un con ma mère, avec mon brin de muguet j'avais l'air d'un con.



Autant dire qu'après cet épisode tragique, le Muguet a été tricard à la maison. Toutes ces années je suis resté inflexible, sourd aux suppliques de Sophie de rapporter du muguet à la maison, tolérant tout juste une réintroduction à dose homéopathique à Chassy, le bois à côté de la maison en étant couvert.



Mais hier, vingt ans plus tard (20 ans d'amour c'est l'amour fol comme dirait le grand Jacques) ma blessure d'amour propre enfin à peu près cicatrisée, il m'apparut approprié de me montrer Magnanime et de tourner la page.

C'est donc tout fier que je revins à la maison avec un brin de muguet pour chacune. Alors les filles, heureuses ?

Beeeeerk ! C'est quoi ça, Papa ?



Pffffff Papa... Trop nul !



Du muguet ? Comme c'est original...



Alors là je dis M. C'est reparti pour 20 ans...
 
A bientôt.


02/05/2010
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour