Des nouvelles (de temps en temps) de la famille GREHAL ? BLOAG !

Des nouvelles (de temps en temps) de la famille GREHAL ?          BLOAG !

Calme blanc (9 mai 2010)

Pour le titre de cet article j'ai longuement hésité entre "Calme blanc" et "Noirs et blancs en couleurs". "Noirs et blancs en couleurs" c'est l'autre titre moins connu de "La victoire en chantant", film très caustique de Jean Jacques Annaud, titre sous lequel il remporta l'Oscar du meilleur film étranger en 1976. Bon grâce à cette habile digression cinéphilique me voilà déjà à la fin du premier paragraphe.

Alors, vous n'y avez vu que du bleu ?  Je ne suis pas du tout en train de tirer à la ligne, simplement le thème de cet article est la page blanche, comme celle inattendue que nous avons connue mercredi avec un (ultime ?) baroud d'honneur du Général Hiver.



La dernière fois que je je m'étais retrouvé confronté à ce problème de page blanche, je m'en étais tiré avec l'aide de Gandalf. Ce cher Gandalf...

Hein Gandalf ?

Gandaaaalf ?

Non, tu m'en veux encore pour cette histoire de Chat-pka ?



Bon d'accord, continue à broyer du noir si tu veux, j'ai compris je vais me débrouiller tout seul.

Et toi Octave, ça va l'inspiration ?



Mmmmmmmmmmmm....

Oui visiblement pour toi le problème ce serait plutôt quand tu manques de pages blanches...



Et toi Blanche une idée ?



Oui Papa bien sûr, tu pourrais parler de mon jouet préféré.



Celui dont j'aime tant tétouiller les antennes.



C'est peut être un peu light comme sujet d'article. Et si on parlait plutôt de tes premières expériences avec les boudoirs ?

Ah non beeeerk. Ce truc qui devient tout mou et qui se désagrège, je suis verte, j'aime encore moins que le muguet !



Boooooon. Alors, voilà, voilà...

Que s'est-il donc passé ce week-end ? Ce fut un week end rugby. Pendant que les jaunards de l'ASM, fidèles à leur réputation de petit mental se faisaient une peur bleue face au Racing Métro, les rouge et noir toulousains en faisaient voir de toutes les couleurs aux castrais. Et puis quoi ?

Ah oui. On est retourné à La petite école samedi soir Sophie et moi. Là dessus il faut dire qu'on ne transige pas tous les deux : même si c'est dur et exigeant, c'est notre ascèse et notre pénitence, on s'oblige à y aller une fois par mois quoiqu'il arrive.

La dernière fois qu'on était sorti tous les deux, je me rappelle c'était le 10 avril et on avait fait une infidélité à La petite école (sur leur conseil d'ailleurs) et du coup Blanche avait vu rouge. La petite soirée peinarde baby sitting - film des grands avait quelque peu dégénéré ce qui nous avait valu une succession de SMS à la tonalité de plus en plus désespérée.

20:51 Blanche ne veut absolument pas dormir

21:07 Blanche a peur. C'est terrible

21:37 Octave est pas bien non plus. C'est un désastre

22:00 On s'en souviendra de cette soirée

22:30 Vous êtes là quand ?

22:48 On n'en peut plus

23:01 Elle dort dans les bras d'Anatole

Effectivement quand nous sommes rentrés 5 minutes plus tard elle s'était effondrée dans les bras de son grand frère. On a su plus tard qu'il avait absolument tout essayé pour la calmer.



Depuis curieusement chaque fois qu'on évoquait la possibilité de sortir ils avaient tendance à rire un peu jaune. Alors samedi soir pour les amadouer, il a fallu sortir le grand jeu : pâtes à la carbonara, DVD d'Avatar et invitation de leur copain Matthieu.

Eh bien devinez quoi, Blanche a été a-do-ra-ble et on s'est régalé à La petite école (une fin à l'eau de rose pour un article haut en couleurs finalement). Et ça c'est mon dessert, ananas rôti cornets au rhum et jus de coriandre.



Qui est-ce qui vient avec nous la prochaine fois ?

A bientôt.




09/05/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour